0B0A3224

 

0B0A3217

 

0B0A3205

Des chevaux qui viennent s'abreuver dans un lac pyrénéen, le lac d'Espingo.

 

0B0A3213

Sasi, la gypaète

Pour la quatrième fois, nous sommes partis en vacances dans les Pyrénées. La montagne, ça vous gagne comme dit la pub. Et c'est vrai que c'est très dépaysant quand on vient du centre Bretagne : des montagnes, des rapaces à foison et des plantes qu'on ne voit nul part ailleurs. Comme on aime marcher, on découvre des coins plus ou moins haut perchés qui nous change du bocage ou des landes bretonnes et c'est tant mieux car les vacances sont aussi faites pour se changer les idées. Cette année, nous avons séjourné du côté de Bagnères de Luchon et on s'est régalé en arpentant les montagnes autour de la vallée du Lys ou de l'Hospice de France, sans oublier la vallée d'Oueil qui est littéralement infestée de cerfs et de biches. Après quelques échauffements avec des balades tranquilles, nous avions décidé de gravir la montagne au dessus de l'Hospice de France pour atteindre les boums et le port de Vénasque. En langage pyrénéen, les boums désignent des petits lacs et le port est un col. Le dénivelé affiche pas loin de 1300 m mais c'est tout à fait réalisable pour une famille qui a l'habitude de marcher. Et ça valait le coup. Arrivé sur les coups de midi aux boums de Vénasque, nous avons pu relaxer nos muscles en nous baignant dans l'eau fraîche et profiter de cette pause pour engloutir notre pique-nique. Une heure après cet arrêt au stand, nous étions au port de Vénasque en train d'admirer le massif de la Maledeta et le pic d'Aneto, le plus haut sommet des Pyrénées. C'était tout simplement splendide. En redescendant, la vue sur les lacs colorés d'un bleu étincelant avait quelque chose de magique. Plus bas, alors que nos yeux guettaient les aspérités du chemin, mon fils repéra un gypaète barbu en train de nous survoler. Si un jour vous vous mettez à la photo animalière, apprenez à vos enfants à repérer les animaux, ce sont des « rabatteurs » hors pair ! Effectivement, un rapace à la queue arrondie, aux reflets rougeâtres sur la nuque et le poitrail, et à la barbiche noirâtre était en train de longer la falaise au dessus de nous. Quelques secondes plus tard, il se perchait sur une corniche sans prêter la moindre attention aux randonneurs qui descendaient la montagne. Pour un naturaliste qui aime prendre des photos, il est difficile de résister à la tentation de s'approcher d'un tel animal même s'il faut (re)grimper quelques centaines de mètres de dénivelés … Mais une rencontre avec un gypaète n'arrive pas tous les jours. Me voilà reparti vers les sommets en m'arrêtant chaque fois que mon cœur semblait vouloir sortir de ma poitrine pour prendre une photo de moins en moins éloignée de mon sujet. A force de m'approcher, le gypaète s'envola et, pour être sûr que je n'étais pas digne d'intérêt, il me survola avant d'aller se poser un peu plus loin. Son survol me permit de le mitrailler de mon appareil photo. Après avoir récupéré un tant soit peu, je décidai de rentrer non sans avoir jeté quelques coups d’œil à travers mes jumelles pour admirer jusqu'au bout ce rapace qui m'avait fait le plaisir d'un spectacle aérien de toute beauté. De retour à notre location de vacances, je regardai de plus prés mes photos et remarquai que l'oiseau était marqué aux ailes par des espèces d'agrafes, une verte sur l'aile gauche et une blanche sur l'aile droite. Après avoir contacté la Ligue protectrice des oiseaux (LPO) en charge du suivi des grands rapaces du sud-ouest de la France, j'appris que « mon » gypaète était une femelle de huit ans que des espagnols de la province de Navarre avait marqué pour mieux la suivre. Ils l'avaient baptisé Sasi. Comme j'avais observé un jeune gypaète quelques jours plus tôt du côté de la forêt d'Iraty, je fis également part de cette observation et les techniciens de la LPO furent heureux de savoir qu'un juvénile semblait vouloir rester de ce côté du massif pyrénéen. Tout ça pour vous dire que, même en vacances, je bosse comme un fou !

Mon prof de photo m'a conseillé la perspective ...

Lumières sur le massif d'Aneto.

Vue plus large sur le massif d'Aneto.

Page 5 sur 14